Les Sirènes de l’Amalfitaine

Ciel, où ai-je atterri ?… Je dois être en train de rêver.

Je n’en croyais pas mes yeux. La veille, j’avais parcouru un guide touristique à la recherche d’un hôtel où passer la nuit sur la Côte amalfitaine. J’en ai trouvé un à la page 75, pratiquant des tarifs raisonnables et situé dans le bourg de Praiano à mi-chemin entre Amalfi et Positano. Pas de photo, juste un nom, des cordonnées, une brève description. J’ai téléphoné et ai fait une réservation.

Soit dit en passant, la Côte amalfitaine est inscrite depuis 1997 au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses paysages et ses trésors culturels sont à donner le tournis. Juste une suggestion pour vos prochaines vacances…

Pour en revenir à mon histoire, j’arrive donc à Praiano le jour suivant, vers 17 heures. Comme il n’est pas toujours facile de se garer en zone urbaine sur la Côte amalfitaine, je laisse ma voiture un peu en périphérie et me dirige à pied vers l’hôtel.

Je traverse d’abord le square situé en face de la très belle église de Praiano, puis m’engage dans un passage qui longe une aire de jeu pour enfants, celle-ci habilement aménagée au bord de la falaise surplombant la Méditerranée. Quelques minutes plus tard, je parviens devant le portail de l’hôtel, un immeuble sobre, sans fioritures mais très bien tenu.

Au bout d’une cour remplie de fleurs et embaumant le délicieux parfum du jasmin étoilé (appelé également « faux jasmin »), la maîtresse des lieux m’accueille le plus chaleureusement du monde, puis m’invite à la suivre jusqu’à ma chambre : une pièce spacieuse, propre comme un sou neuf, avec un plancher couvert de carreaux italiens, un ameublement dans les tons de bleu – lit, placard, secrétaire, rideaux – et, cerise sur le gâteau, des portes-fenêtres ouvrant sur une terrasse privative et donnant sur le magnifique golfe de Salerne. Un kaléidoscope de fleurs, de vergers, de vignobles et de grands pans de ciel bleu : voilà ce que j’ai sous les yeux.

Le paradis.

Une heure plus tard, toujours le même panorama splendide alors que je me suis assise à l’une des cinq ou six tables de la terrasse de l’hôtel. Le mari de mon hôtesse, lui aussi fort aimable, m’apporte un Spritz rafraîchissant et quatre bruschette qu’il a préparées avec du pain grillé garni de tomates, d’huile d’olive et de basilic frais qu’il a cueilli sous mes yeux quelques minutes auparavant.

Un peu plus tard, à la tombée du jour, j’emprunte l’escalier de pierre qui, 350 marches plus bas, me conduit sur une petite plage couchée au pied d’une falaise escarpée. Je fais quelques pas dans l’eau tiède ; il n’y a personne d’autre aux alentours. Inutile de vous dire que j’ai dormi à poings fermés cette nuit-là, portes-fenêtres grandes ouvertes et dans un silence des plus apaisants.

Le nom de ce petit coin de paradis : Le Sirene. Le site web: www.lesirene.com. Les tarifs vont de 90 à 110€ la nuit, petit déjeuner inclus. Je vous recommande également ce restaurant à Praiano : Il Rifugio. Les Spaghetti alle vongole qu’on m’a servis là étaient parfaits !

 

Katharina's Italy

NOS BILLETS LES PLUS LUS


NEWSLETTER

S’inscrire à l´Italie de Katharina

Recevez un email par mois avec les meilleurs billets...
Sign up here
© 2012 L’Italie de Katharina | Privacy Policy
Site design by InfinVision