Trouver chaussure à son pied…. à Venise

Pendant toute la durée des travaux de restauration et de décoration des quatre superbes appartements du Palazzo Ca’nova – notre dernier ajout à notre catalogue vénitien, – il m’a fallu passer beaucoup de temps sur place et faire de très nombreux allers-retours entre la Ville lumière et la Sérénissime, comme vous pouvez l’imaginer.

Au début, chaque fois que je quittais mon domicile parisien pour me rendre à l’aéroport, ma fille me demandait d’un air tristounet : « Zut, tu ne vas pas encore à Venise, Maman ? »

Pour me faire pardonner mon absentéisme parental, je rentrais chaque fois de mon voyage avec dans mes bagages un petit souvenir pour ma fille – de fabrication locale, bien entendu : masques vénitiens, objets en verre de Murano, etc. Dieu merci, à Venise on a l’embarras du choix lorsqu’on veut ramener quelque chose à ses enfants.

Un jour, cependant, je suis rentrée à la maison avec un « souvenir » qui a fait tellement plaisir à ma fille qu’elle n’arrête plus, depuis, de me demander d’un air faussement désinvolte et un chouïa intéressé : « Maman, tu retournes bientôt à Venise ? »

Ce cadeau qui a fait mouche est une paire de furlane, des « pantoufles de gondolier », de couleur jaune.

Je venais de visiter l’atelier de l’un de nos artisans lorsqu’en remontant une rue, dans le voisinage du Palazzo Ca’nova, je suis tombée par hasard sur une petite boutique pleine de charme, Piedàterre, que je n’avais jamais remarquée auparavant. Affriandée par les très jolies furlane exposées en vitrine, j’ai poussé la porte de l’établissement.

Une vendeuse fort sympathique m’a accueillie avec le sourire et vanté les mérites de la gamme des modèles proposés par la maison, tous faits main. Elle m’a aussi résumé l’histoire des furlane, inventées dans les montagnes de Friuli au nord-est de l’Italie, et qui portaient à l’origine le nom de scarpez. Après la guerre de 39-45, une famille de la région décida d’aller vendre ces chaussures-pantoufles dans une boutique installée sur le pont du Rialto. Les gondoliers vénitiens ne tardèrent pas à les adopter en raison de leurs semelles fabriquées à partir de pneus de vélo recyclés, matière qui garantit une très bonne adhérence sur les surfaces mouillées.

Maintenant, chaque fois que je vais à Venise, je fais un détour par Piedàterre et achète quelques paires de furlane pour mes amis et connaissances. Celles que je porte à la maison ont des rayures bleues et blanches, et ma fille, elle, en possède aujourd’hui une petite collection dont elle n’est pas peu fière…

 

Katharina's Italy

Enregistrer

NOS LOCATIONS EN PROXIMITÉ
NOS BILLETS LES PLUS LUS


NEWSLETTER

S’inscrire à l´Italie de Katharina

Recevez un email par mois avec les meilleurs billets...
Sign up here
© 2012 L’Italie de Katharina | Privacy Policy
Site design by InfinVision